L’alcool made in Africa

On ne parle pas souvent d’eux et pourtant les pays africains produisent des alcools depuis des siècles. Traditionnellement, l’Afrique a toujours produit beaucoup de bières avec ses céréales.

 Le vin de palme

Le vin de palme proprement dit est fabriqué à partir de la fermentation naturelle de la sève de palmier : soit on l’obtient à partir de la sève du palmier à huile africain, soit de la sève du raphia, soit de la sève du cocotier. Sa qualité peut varier énormément.

On trouve du « vin de palme » presque partout en Afrique surtout à l’Ouest sous différents noms : Legmi en Tunisie et Algérie, Sodabi au Bénin et au Togo, Nsafufuo au Ghana, Seung au Sénégal, Masanga ya mbila ou ya Nsamba ou Sese ou Mabondo au Congo et Malanga ou Malamba au Gabon, Bandji en Côte d’Ivoire, Ulanzi en Tanzanie.

L’alcool de palme est très largement consommé en Côte d’Ivoire sous le nom de Koutoukou, créé grâce à la distillation de bourgeons de feuilles de palmiers (palmier à huile, raphia ou rônier). Cette boisson a été interdite en 1964 puis de nouveau autorisée en 1999.

Au Ghana, on appelle l’alcool de palme Akpeteshie. On distille le vin de palme ou le vin de canne à sucre et on obtient un alcool entre 40 et 50% d’alcool. Il se nomme Kai Kai au Nigéria.