Léopold Sédar Senghor

Léopold Sédar Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal, et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme d’État français, puis sénégalais et premier président de la République du Sénégal (1960-1980).     Il fut aussi le premier Africain à siéger à l’Académie française.En 1935, il est le premier Noir à être reçu à l’agrégation de grammaire et devient professeur à Tours, puis à Saint-Maur-des-Fossés.  Il a également été ministre en France avant l’indépendance de son pays.

Bien que socialiste, Senghor se tient à l’écart des idéologies marxiste et anti-occidentale devenues populaires dans l’Afrique postcoloniale, favorisant le maintien de liens étroits et forts avec la France et le monde occidental.

il approfondit le concept de négritude, notion introduite par Aimé Césaire qui la définit ainsi : La négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture. Alors qu’il était étudiant, il créa en compagnie du Martiniquais Aimé Césaire et du Guyanais Léon-Gontran Damas la revue contestataire L’Étudiant noir en 1934. C’est dans ces pages qu’il exprimera pour la première fois sa conception de la négritude, notion introduite par Aimé Césaire

Il est le récipiendaire de nombreux prix et récompenses, Médaille d’or de la langue française, Prix international du livre, attribué par le Comité international du livre (Communauté mondiale du livre, UNESCO, 1979) ; Prix littéraire de l’Académie internationale des arts et lettres de Rome (1969)