LES SCARIFICATIONS ETHNIQUES EN AFRIQUE ET LEURS SIGNIFICATIONS

Les scarifications ont été initiées afin de marquer l’intégration des individus et de reconnaître plus aisément leurs origines au sein de la population noire. Il existe plusieurs signes qui permettent de faire la distinction entre les groupes ethniques, les tribus, ou encore les divers échelons de la hiérarchie.

Chez les baoulés en Cote d’Ivoire, dans les familles où les décès d’enfants sont fréquents, une triple scarification ou « n’golè » est pratiquée de chaque côté de la bouche, aux coins des lèvres du nouveau née, pour l’identifier et mettre fin à ses incessants « vas et vient ». Cet acte est appelé «n’zoliè », c’est-à-dire « ce qui permet de se rappeler ou de reconnaître ».

Chez les Gouros, on observe un noircissement volontaire des gencives, critère de beauté chez les femmes de cette ethnie qui n’est cependant pas obligatoire.

Au Burkina Faso, Chez les mossé il existe des sous groupes malgré qu’ils parlent(mooré) la même langue. chaque sous-groupe a une espèce d’identité ou de sous-identité qui s’exprime sur le visage à travers les cicatrices. Elles se voient à travers deux séries symétriques sur chaque côté du visage.- Chez les Sissala la marque est signe + signifie qu’on est en présence d’un jumeau.

La scarifications des femmes Yombes du Congo est un signe identitaire et furent parmi les plus savantes et les plus belles de toute l’Afrique.

Chez les Karos en Ethiopie les scarifications sur le corps considéré comme signe de beauté et aussi marque de la fonction dans la tribu.

les femmes portent dans leurs lèvres inférieures un plateau de bois d’argile, un critère de beauté pratique pour trouver un mari- Lors des fiançailles, la taille de la dote sera fonction de la taille du plateau à lèvre de la fiancée.

Parmi Les femmes nuba au Soudan , c’est parfois une marque de statut physiologique: les schémas indiquent des stades tels que le début des menstruations et la naissance du premier enfant. Parfois, le corps est scarifié pour la valeur esthétique des motifs

Diverses sources signalent qu’historiquement au Nigéria, la pratique des marques tribales – ou scarification – servait à des fins d’identification, car les personnes étaient souvent séparées des membres de leur famille par suite d’enlèvements liés à un conflit communal ou au commerce d’esclaves; il était donc devenu nécessaire de marquer leur visage pour montrer leur appartenance à telle ou telle ethnie

Au Bénin, Les différentes scarifications sur le visage sont faites pour identifier une ethnie d’une autre dès la naissance-  Pour les garçons, les scarifications interviennent souvent au moment de la circoncision- Pour une fille, il est important d’être balafrée avant le mariage- une femme prête pour le mariage portera sur le ventre une série de cicatrices.