Miriam Makeba

De son nom complet Zenzile Makeba Qgwashu Nguvama, elle est aussi surnommée « Mama Afrika ». Née le 4 mars 1932 à Johannesbourg, en Afrique du Sud et morte le 9 novembre 2008 à Castel Volturno, en Italie, elle est une chanteuse d’ethno-jazz et une militante politique sud-africaine, naturalisée guinéenne dans les années 1960 ainsi qu’algérienne en 1972.

Elle commence à chanter, presque par hasard, avec les Cuban Brothers et devient une vedette, utilisant la musique pour dénoncer le régime de l’apartheid.

En 1956, elle écrit son plus grand succès, la chanson Pata, Pata, avec laquelle elle fait le tour du monde. En 1966, Makeba reçoit un Grammy Award pour son disque An evening with Harry Belafonte and Miriam Makeba.

Elle est contrainte à un exil qui durera 31 ans, en raison de son apparition dans le film anti-apartheid Come Back, Africa du cinéaste américain Lionel Rogosin. Elle quitte les États Unis pour avoir épousé l’un des fondateurs du mouvement Black Panthers. Le président de Guinée de l’époque Sékou Touré lui octroie un passeport diplomatique et elle acquiert la nationalité guinéenne.

En 1990, Nelson Mandela la persuade de rentrer en Afrique du Sud. Depuis, le Prix international Miriam Makeba récompense la créativité artistique dans le continent africain.