Samory Touré

Samory Touré, né le 1830 à Miniambaladougou (Guinée) devint, une fois converti à l’Islam, le chef de guerre de son peuple, les Camara, avant de se retrouver à la tête d’un véritable État : l’empire Wassoulou. 

En 1882, Touré fut attaqué par les Français qui cherchaient à accroître leurs possessions en Afrique de l’Ouest à partir du Sénégal et réussit à les repousser. 

Fourni en armes par l’Angleterre, à partir du Sierra Leone, il organisa sa défense en mettant sur pied une armée disciplinée de 35 000 fantassins et 3 000 cavaliers et résista pendant 16 ans. 

Finalement, à la suite d’une offensive générale de l’armée coloniale, il fut capturé par le capitaine Gouraud le 29 septembre 1898 et placé en détention au Gabon où il mourut deux ans plus tard. 

Sékou Touré se voulait le petit-fils (biologique ou en tout cas spirituel) de Samory Touré. 

Le musicien Alpha Blondy a dédié une chanson à Samory Touré (album Cocody Rock) 

Il est décédé le 2 juin 1900 à Ndjolé, actuel Gabon.