Shaka Zulu

Shaka Zulu né en 1787 et mort en 1828, est un roi zoulou. C’est le fondateur du royaume zoulou.

Chaka serait issu d’une union illégitime entre Nandi, princesse Langeni, et Senza Ngakona, chef du clan des Zoulous. D’après la légende, il aurait été considéré comme un bâtard, rejeté et humilié par son père, régulièrement maltraité par ses camarades. Ces expériences l’endurciront et marqueront sa personnalité d’une soif de vengeance.

Son esprit guerrier connaîtra sa genèse lorsqu’il partit chez les Batwetwa, une autre tribu nguni. Il intègre l’armée de celle-ci. Le rejeté commence à se métamorphoser en Aigle Royal. Charismatique, vif d’esprit, endurant et doué d’une force physique impressionnante, il enchaîne les victoires sur le champ de bataille, étend sa réputation au point de devenir le bras droit de Dingiswayo le chef de la tribu Batwetwa.

À la mort de son père, Sigujana, l’un des demi-frères de Chaka, assure la succession conformément à la volonté de leur père, et devient le chef du clan zoulou. Dingiswayo appuie Chaka pour qu’il prenne le pouvoir. Dans la bataille, Sigujana trouve la mort. Shaka devient chef.

La réputation de Shaka bien assise, il n’a pas de mal à s’imposer au sein de sa tribu. En tant que grand visionnaire, il ne tarde pas à y soumettre ses idées politiques et militaires révolutionnaires. Il nomme son peuple Amazoulou : « Ceux du ciel« . Nom qui deviendra plus tard Zoulou, tout court.

L’armée de Chaka à son apogée comptera plus de 100 000 hommes, auxquels il faut ajouter environ 500 000 hommes des tribus voisines.

Avec une force offensive sans pareille, Shaka Zulu entame une ère de conquêtes. Il enchaîne les victoires comme à son habitude et incorpore d’autres tribus à son peuple. Sa puissance est telle que certaines tribus le rejoignent de plein gré. 

En dix ans, Chaka se taille un empire dans le Natal et avait conquis un territoire plus vaste que la France.

Les circonstances de sa mort, survenue en 1828, sont floues : Chaka serait mort poignardé par ses demi-frères Dingane et Mhlangane, victime d’un complot orchestré par ses frères et sa tante Mkabayi, avec l’aide d’un de ses hommes de confiance, Mbopa.