Wangari Maathai

Elle est née le 1er avril 1940 à Ihithe (Colonie du Kenya) et morte le 25 septembre 2011 à Nairobi (Kenya). Wangari Maathai est une biologiste, professeur d’anatomie en médecine vétérinaire et militante politique et écologiste.

 Le 8 octobre 2004, elle reçoit le prix Nobel de la paix pour « sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix » suite à son engagement contre la déforestation du Kenya. C’est la première femme africaine à recevoir cette distinction.

 Wangari Maathai fonde en 1977 le Mouvement de la ceinture verte (Green Belt Movement), en réaction au phénomène de déforestation et d’érosion des sols, et en étroite collaboration avec les femmes des villages kenyans.

 Ce mouvement a permis de planter plus de cinquante millions d’arbres. Maathai est parfois affectueusement surnommée « la femme des arbres » (tree woman). Elle est active aussi bien dans le domaine de l’environnement que dans celui des droits des femmes.

 Militante engagée, elle a été emprisonnée plusieurs fois, notamment en 1991, lorsqu’elle avait demandé des élections multipartites, en déposant sa candidature.

 À sa mort elle demande à être enterrée dans un cercueil en bambou et en fibres de jacinthe